Biographies Oeuvres Mouvements artistiques

Sculpture

Si l’on dit du cinéma qu’il est le septième art, il faut considérer que, depuis l’Antiquité, la sculpture occupe le premier rang de la liste.

Cette noble pratique a réuni, à différentes époques, d’aussi grands noms que Pablo Picasso, Michel-Ange, Auguste Rodin et Marcel Duchamp.

Les premières sculptures recensées datent de la préhistoire. Généralement modelées en terre cuite, elles représentent, pour la majorité, des figures féminines et maternelles, ce qui leur a valu le surnom de « Vénus paléolithiques ». Avec l’arrivée de l’ère néolithique (9000 av. J.-C.), de nouveaux matériaux se développent : la cire, la chaux, le métal…

La sculpture connaît sa première apogée lors des antiquités grecques et romaines. Entre 6500 et 323 av. J.-C., ces deux grandes civilisations européennes ont exploré le marbre de fond en comble, développant nombre de techniques pour la fabrication de colonnes, mais aussi de bustes et de statues grandeur nature au réalisme choquant. De cette période nous restent d’intemporels chefs-d’œuvre, dont la Vénus de Milo et la Victoire de Samothrace, exposées au musée du Louvre à Paris.

Au milieu du 12e siècle, le Moyen Âge français voit l’apparition de l’art gothique. Durant cette période, la sculpture reste intrinsèquement reliée à l’architecture ; des exemples éloquents de la sculpture gothique vont des gargouilles de pierre ornant la monumentale cathédrale de Notre-Dame-de-Paris au sépulcre de Richard Cœur-de-Lion, roi mythique d’Angleterre. En plus des ornements monumentaux et des hommages funéraires, la sculpture gothique a également été le terrain de jeu des amateurs d’ivoire : à partir du 13e siècle, Paris voit la naissance du commerce d’objets somptuaires, de minuscules bibelots minutieusement sculptés dans l’ivoire.

Lors de la Renaissance italienne, la sculpture connaît son second âge d’or grâce aux quelques Michel-Ange, Donatello, del Verrochio et de Vinci, pour ne nommer que ceux-là. Les illustres sculpteurs de l’époque se tournent vers l’Antiquité et popularisent à nouveau le nu. À partir de cette période et jusqu’à la toute fin du 19e siècle, la sculpture s’émancipe progressivement de l’architecture, à travers nombre de mouvements, dont le romantisme, le réalisme, l’impressionnisme, le symbolisme, l’art nouveau. Le 19e siècle voit la naissance d’Auguste Rodin (1840-1917) dont l’œuvre est annonciatrice de la sculpture moderne.

La sculpture connaît sa première apogée lors des antiquités grecques et romaines.

Au 20e siècle, la sculpture continue d’évoluer à travers des mouvements artistiques qui se rattachent désormais plus aux arts visuels qu’à l’architecture. Parmi ceux-ci, notons le dadaïsme, le cubisme, le futurisme, le surréalisme et l’art abstrait. Cependant, l’architecture n’est jamais bien loin : les mouvements constructiviste et déconstructiviste font converger les deux arts. En 1969, lorsque le philosophe français Étienne Sourriau établit sa fameuse liste des classes de l’art, il place l’architecture et la sculpture ex æquo en première position.

Les techniques de sculptures les plus anciennes sont le modelage (par exemple dans de l’argile ou de la porcelaine), la taille (dans du marbre, du bois, etc.), l’assemblage d’objets divers, ou la fonte de métal dans des moules de la forme désirée. Pour les sculptures rattachées à un arrière-plan, par exemple celles qui ornent les cathédrales gothiques, on détermine une différence entre haut et bas relief : si les formes sont pratiquement détachées de l’arrière-plan et qu’elles ont leur plein volume, on parle de haut-relief ; si, au contraire, elles n’ont que la moitié de leur plein volume et qu’elles s’apparentent à de profondes gravures, on parle de bas-relief. Les sculptures complètes, par exemple les œuvres sur socles et les bustes, qui peuvent être observées de tous les côtés, sont nommées ronde-bosse.

Article par : Juliette Périers-Denis
Artistes de renom

Artistes célèbres

Donatello
Donatello

1386 - 1466

Andrea
del Verrocchio

1435 - 1488

Leonardo
da Vinci

1452 - 1519

Liens et références