Biographies Oeuvres Mouvements artistiques

L’art de l’installation

Fruit de l’art contemporain et des ses réflexions sur la nature d’une œuvre d’art ainsi que sur sa relation avec le public, l’installation est un art qui trouble.

Présente dans la sphère artistique internationale depuis le début du 20e siècle, l’installation est définie comme « Œuvre d'art contemporain dont les éléments, de caractère plastique ou conceptuel, sont organisés dans un espace donné à la manière d'un environnement » (Encyclopédie Larousse). Mettant de l’avant le désir de submerger le spectateur dans une atmosphère à la fois visuelle, sonore et sensorielle, l’installation est liée à la notion d’art total, qui apparaît en Europe dès le 19e siècle, entre autres pour décrire les opéras de Richard Wagner. Née de l’incessant désir des artistes du 20e siècle de contester l’ordre établi et d’abandonner pinceaux et chevalets, l’installation est présente dans toutes les avant-gardes du siècle, surtout chez les dadaïstes. Tristan Tzara et ses comparses de Dada explorent beaucoup l’aspect théâtral de leur art, mettant en scène de nombreux événements spontanés et chaotiques.

En 1958, Allan Kaprow et Yves Klein organisent deux expositions qui tendent une fois de plus vers l’installation. Kaprow s’approprie la notion de « happening » (performance artistique) en scénographiant des expositions à l’atmosphère particulière, qui requièrent la participation du spectateur. Klein, quant à lui, organise une exposition nommée « l’Exposition du vide » où il convie les amateurs de son œuvre dans une salle aux murs, au plancher et au plafond blancs, éclairée seulement par quelques lumières bleutées. La pièce en elle-même devient une œuvre, invitant le spectateur à une réflexion active sur sa nature et son importance.

Aujourd’hui, l’installation est une forme d’art très prisée, qui cherche toujours à créer des liens entre espace, temps et public.

Au cours des années 60-70, l’installation est intimement liée à la performance. L’artiste conceptuel russe Ilia Kabakov, par exemple, place les spectateurs au centre de mises en scène qui reproduisent des moments historiques du régime soviétique. Les installations s’approprient également la notion d’obsolescence, parce qu’elles sont généralement éphémères, qu’elles cherchent à soulever des questions en un temps précis et en un lieu précis. La plupart des installations contemporaines sont qualifiées d’in situ, c’est-à-dire qu’elles sont conçues seulement pour l’espace où elles sont exposées.

Aujourd’hui, l’installation est une forme d’art très prisée, qui cherche toujours à créer des liens entre espace, temps et public. Le land art, une forme d’art contemporain qui utilise des éléments de la nature soumis aux intempéries de l’extérieur, est souvent rattachée à l’installation artistique, avec laquelle elle partage plusieurs ressemblances.

Parmi les installations les plus connues et les plus impressionnantes ayant été réalisées, on compte Wish (Jorge Rodriguez-Gerada), un portrait de sable et de terre à l’envergure immense, ainsi que Dalston House (Leandro Erlich), une œuvre interactive qui propose aux spectateurs de s’observer escaladant ou tombant des parois d’un immeuble victorien, grâce à un jeu de miroirs.

Article par : Juliette Périers-Denis
Artistes de renom

Artistes célèbres

Leandro
Erlich

1973

J. Rodriguez-
Gerada

Liens et références